BUGATTI

Filtrer
arrow_drop_down

Aucun résultat pour Acheter BUGATTI occasion sur autoricardo.ch - fr.autoricardo.ch

L’achat d’une Bugatti ou le chemin semé d’embûches vers la voiture de rêve

L’achat d’une Bugatti ou le chemin semé d’embûches vers la voiture de rêve

L’histoire de la marque Bugatti commença en 1909 dans la ville alsacienne de Molsheim. Le fondateur de l’entreprise, Ettore Bugatti, a eu l’idée de concevoir des voitures de course pour la route. Et il y réussit avec brio, les véhicules de l’ingénieur d’origine italienne étant considérés, jusqu’à la première fermeture de l’entreprise à l’issue de la seconde guerre mondiale, comme les voitures de sport les meilleures et les plus élégantes de leur époque. Même en dehors des routes, Bugatti a remporté de nombreux succès en course de par le monde, avec les versions course des modèles légendaires Type 35 et Type 55. C’est pour cette raison que, dans les cercles huppés, l'on considérait comme un must d’acheter une Bugatti, même si l’usine de Molsheim n’était pas dimensionnée pour la production de masse.

La fin subite et la renaissance couronnée de succès

En raison de la crise économique qui a suivi la seconde guerre mondiale, Bugatti a dû arrêter la production ; une renaissance eut lieu d’abord en 1987, mais ce n’est qu’après la prise de contrôle par l’entreprise Volkswagen en 1998 que Bugatti a pu retrouver de façon durable la gloire d’antan. Même si la maison mère de Wolfsburg a retiré la marque Bugatti des compétitions automobiles, il n’en est pas moins vrai que le mythe n’en a pas souffert, bien au contraire : Volkswagen brisa avec la Bugatti Veyron toutes les règles en cours pour les véhicules automobiles. Cette super voiture de sport qui a été produite entre 2005 et 2015 dans une quantité limitée à 450 exemplaires, disposait d’une puissance de 1001 CV et même de 1200 CV dans la version S. Celui qui était en mesure d’acheter une Bugatti, se retrouvait d’un coup délesté de plus d’un million de francs suisses, mais il possédait alors une voiture qui pouvait atteindre une vitesse maximale de 431 km/h.

Des trésors dans le domaine de l’automobile

Ce mythe a été repris par la Chiron qui, à partir de 2016, en tant que successeur de la Veyron doit confirmer que l’achat d’une Bugatti reste réservé à une élite. En effet, celui qui se décide à acheter une Bugatti d’occasion doit aussi savoir qu’il lui faudra une somme d’argent conséquente. Ce sont justement les modèles les plus rares des premières années de production du constructeur français qui se négocient à des prix équivalents à ceux des véhicules actuels. Celui qui dispose, en tant qu’acheteur et amateur, de moyens financiers nécessaires et surtout d’enthousiasme pour un art automobile classique et remarquable, celui-là ne regrettera certainement pas son choix.